Photo vidéo aériennes 100% drone
06 50 83 64 71
Catégories du blog
Le blog de la prise de vues aériennes

Survols illégaux de drones à Paris

par

8 commentaires

Place Concorde Nuit

De nouveaux survols illégaux de drones ont eu lieu dans la nuit du 23 au 24 février 2015, cette fois-ci au dessus de la Capitale.

Voici notre point de vue sur la question.

Les vols illégaux se multiplient

Après les survols de centrales nucléaires fin 2014 et le survol de l'Elysée le 20 janvier 2015, la ville de Paris a de nouveau été survolée par des drones dans la nuit du 23 au 24 février 2015.

A ce stade, nous n'avons toujours aucune information concrète sur les auteurs potentiels de ces vols sauvages, ni sur le type de matériel employé, ce qui permettrait d’extrapoler et de faire des suppositions. Plus surprenant, aucune photo de tous ces survols n'a jamais filtré, alors même qu'il y a eu des témoins.

Mise à jour du 25/02/2016

De nouveaux vols de drones ont été a priori signalés sur la capitale dans la nuit du 24 au 25 février 2015. Cette fois-ci, l'hypothèse du passionné qui veut réaliser des images ne semble plus tenir, elle était déjà peu probable.

Il semblerait que les auteurs de ces survols persistent à provoquer les autorités et tenteraient de démontrer quelque chose. Le schéma des survols de centrales se répète, il est de plus en plus probable que les survols de Paris aient un lien avec les événements de la fin de l'année 2014.

Le point sur la réglementation

En France, la réglementation est claire : les vols en zones peuplées (agglomération, rassemblements de personnes...) sont soumis à une autorisation préfectorale et les vols de nuit sont interdits, au même titre que les survols de personnes.

Il est donc évident que les auteurs de ces vols nocturnes au dessus de la capitale sont en totale infraction avec la législation, sciemment ou inconsciemment.

Reportage et interview d'Aerofilms suite aux survols de la capitale.

Il est également évident que nous condamnons fermement ces actes qui jettent le discrédit sur notre profession et nuisent à l'usage des drones qui sont de merveilleux outils lorsqu'ils sont utilisés à bon escient.

Qui sont les auteurs ?

Je ne pense pas me tromper en affirmant que les auteurs de ces survols ne sont pas des professionnels autorisés en temps normal par la DGAC, qui ont bien d'autres choses à faire et auraient bien trop à perdre dans le cas ou ils se feraient prendre.

Nous pouvons néanmoins supposer que dans le cas des survols de la nuit dernière, il s'agit d'actions concertées car d'après l'AFP, plusieurs survols auraient eu lieu simultanément. Il est peu probable qu'il s'agisse d'une coïncidence, même si le hasard fait parfois bien mal les choses.

Cette situation soulève un certain nombre de questions :

  • Ces vols sont-ils préparatoires d'actions malveillantes, destinés à tester les capacités de défense de l'Etat ou simplement à produire des images ? (Concorde et Tour Eiffel sont des lieux touristiques par exemple et l'ambassade des Etats-Unis est située place de la Concorde) ;
  • Certains drones auraient volé vers minuit/01h00 du matin, horaires qui ne sont pas idéals du point de vue de la discrétion pour qui prétend à la clandestinité ;
  • Ces survols de la capitale ont-ils un lien quelconque avec les autres survols de l'Elysée et des centrales nucléaires ?
  • Ces survols pourraient-ils avoir pour objectif de ternir la réputation des drones et vue de plaider un jour leur interdiction en prenant l'opinion publique à témoins ?

Comme pour les centrales, les auteurs de ces infractions ne cherchent visiblement pas à rester « sous le radar » (car il serait facile de ne pas se faire repérer du tout), mais plutôt à faire parler de leurs actions.

Dans tous les cas, nous ne pouvons qu'espérer que les caméras de vidéo surveillance notamment permettent d'identifier rapidement les auteurs. Les chances de succès de l'enquête sont tout de même meilleures à Paris qu'en rase campagne autour des centrales nucléaires et nous pouvons avoir bon espoir.

Et dans le cas ou les auteurs seraient identifiés, il faut espérer que cette fois des sanctions exemplaires seraient prises, et pas un simple rappel à la loi ou 400,00 € d'amende qui font sourire tout le monde.

L'emballement médiatique

Ca y est, c'est parti, tous les journaux télévisés ouvrent sur les survols nocturnes de drones au dessus de Paris dès les éditions de mardi 24/02/15 à 13h00 et nous voyons arriver sur les ondes les premiers experts en carton qui réclament plus de réglementation !

Le premier qui parle aura raison et les chaînes de télévisions lancent leurs premiers sondages :

  • Faut-il interdire les drones ?
  • Faut-il créer un permis de pilote de drone ?
  • [...]
Sondage sur les drones civils
Sondage catastrophique sur les drones civils en date du 26/02/2015

Concernant l'encadrement des activités de loisirs avec des drones et la formation, je me permets de vous renvoyer vers un de nos articles qui date tout de même du 08 décembre 2013.

Quelle évolution réglementaire ?

Nous en appelons au bon sens : ce ne sont pas les professionnels demandeurs réguliers d'autorisations qui réalisent ce genre de vols illégaux, et les auteurs de ces actes n'ont pas demandé d'autorisations préfectorales au préalable.

L'arsenal législatif et répressif en France est clair et amplement suffisant, encore faudrait-il qu'il soit appliqué lorsque des infractions sont constatées. Il n'est donc pas utile de pondre de nouveaux textes qui vont venir freiner encore davantage le développement économique d'une filière pleine d'avenir.

En outre, il n'est pas utile non plus de restreindre les autorisations délivrées comme ce fut le cas dans certains départements (67 et 68 notamment) pendant les survols des centrales nucléaires, car nos entreprises rencontrent déjà bien assez de difficultés administratives et d'entraves à leur développement qui pourraient être facilement évitées, sans sacrifier la sécurité.

Cet article vous plu et vous pensez qu'il pourrait-être utile à d'autres ? Alors aidez vous à le faire connaître en partageant l'information sur les réseaux sociaux.

Crédit photo (miniature) : Séverin Lemaignan - Place de la Concorde la nuit, photo modifiée