Photo vidéo aériennes 100% drone
06 50 83 64 71
Catégories du blog
Le blog de la prise de vues aériennes

Jeff Bezos le patron d'Amazon annonce qu'il va livrer avec ses drones

par

14 commentaires

Amazon Prime Air

Le patron d'Amazon Jeff Bezos vient de se payer un buzz mondial en annonçant qu'ils allaient livrer d'ici quelques années vos colis en moins de 30 minutes avec des drones.

Vous n'avez pas pu y échapper tant cette information a été relayée, mais ne me dites pas que vous y avez cru ?

Les rois du marketing

Amazon est le champion toutes catégories du e-commerce. Cette entreprise Américaine, souvent critiquée pour ses méthodes de management, surclasse tous ses concurrents, sous le regard bienveillant de son compatriote Google (sic).

Cette société qui fait régulièrement parler d'elle a poussé à l'extrême l'optimisation fiscale logistique pour livrer toujours plus de clients, toujours plus vite. Leur dernier coup de pub en date, l'annonce via une vidéo virale qu'ils allaient sous peu livrer leurs clients en zone urbaine à l'aide de drones de type « octocoptères ».

Vidéo virale d'une livraison d'Amazon avec un drone

Info ou intox ?

Faire une telle annonce à l'heure ou l'espace aérien n'est pas encore ouvert aux drones civils semble prématuré. Néanmoins, Jeff Bezos précise que ce projet pourrait devenir réalité d'ici 4 ou 5 ans, ce à quoi je ne crois pas du tout...

Techniquement, c'est déjà possible, si on fait abstraction de la réglementation et de l'environnement. La réglementation, ça évolue vous allez me dire, et elle va évoluer, que ce soit pour les drones ou pour les véhicules autonomes. L'espace aérien Américain va progressivement s'ouvrir à partir de 2015 et l'Europe a en projet l'intégration des drones civils au trafic aérien dans les années à venir.

Néanmoins, tout risque de ne pas être aussi simple !

La sécurité, principal obstacle au déploiement des drones livreurs ?

Que nos amis chauffeurs livreurs ne s'inquiètent pas, ils ne sont pas encore au chômage, ils ont encore un peu de temps pour se recycler et devenir télépilotes de drones. Ah non, pardon, ils (les drones) seront autonomes, donc vous serez bien au chômage et nous aussi d'ailleurs :-/

Un peu de cynisme ne fait pas de mal en ces temps difficiles...

Ce n'est pas demain que nous serons livrés par des drones, ni même dans 5 ans (du moins à grande échelle) pour des raisons avant tout techniques :

  • Les drones de type multirotors ne bénéficient pas à ce jour d'une autonomie suffisante pour livrer les clients tel que l'annonce Jeff Bezos et il faudrait au minimum les recharger entre chaque livraison. C'est d'autant plus vrai avec des charges de 2 kg ;
  • Le principe même de ces machines, avec des hélices en carbone qui tournent à 10 000 tours/min les rend bien trop dangereuses en cas de contact avec la délicate peau du visage de votre enfant ;
  • Gérer le trajet aller retour d'un drone en mode automatique est tout à fait réaliste et déjà réalisable à ce jour, y compris par votre serviteur, mais le rendre capable d'analyser son environnement est une toute autre paire de manche ;
  • Si on autorise Amazon à utiliser des drones pour livrer des colis, cela sous entend que l'on autorise tout le monde à le faire (sous réserve d'un cahier des charges rigoureux) ? Dans ce cas, comment les drones vont-ils gérer le risque de collision, puisque notre ciel sera envahi de ces machines ?
  • Comment les entreprises qui recourent à ces machines vont-elles gérer les exceptions (terme issu de la programmation informatique) ? Souvent, un paramètre exogène va empêcher le drone d'aller au bout de sa mission, comment gérer ces aléas (batterie défectueuse, changement météo, un enfant en vélo qui fonce sur un drone en phase d'atterrissage...) ?

Nous pourrions continuer comme ça encore longtemps mais vous l'avez compris, décoller avec un colis est une chose, l'amener à bon port en est une autre, et industrialiser un tel processus relève encore de la science fiction.

Drone Amazon Prime Air en vol
Drone Amazon Prime Air en vol - © Amazon.com

A l'heure actuelle, nous ne sommes pas encore en mesure de gérer l'insertion des drones civils dans l'espace aérien IFR (vol aux instruments des avions). Il existe pourtant déjà des drones (militaires pour l'essentiel) ultra sophistiqués de plusieurs tonnes et pilotés par satellites, alors comment voulez vous gérer les collisions entre des petits drones multirotors qui volent à basse altitude, même en les équipant de transpondeurs ?

Encore quelques questions existentielles

Il existe encore tout un tas de questions pour lesquelles personne ne semble avoir livré de réponses, alors même qu'elles semblent évidentes :

  • Comment le drone livreur va-t-il s'assurer que vous êtes présent ou qu'un tiers pourra récupérer le colis ?
  • Que va faire votre drone livreur lorsqu'il n'y aura personne pour réceptionner le colis ? Le lancer sur le trottoir devant chez vous ?
  • Comment vont se dérouler les livraisons dans les immeubles, puisque M. Bezos parle de population urbaine (donc regroupée) ? Le drone va sonner à l'interphone ? (ça me rappelle le sketch de la chauve souris d'un philosophe nommé Bigard...).
  • Qui va établir que la livraison a bien eu lieu (contre signature par exemple) ?
  • Qui va établir un constat en cas d'accident ?
  • Comment gérer les vols en milieu urbain avec des obstacles mouvants, des lignes électriques, des oiseaux en vol, etc ? On arrive déjà pas à empêcher les pigeons de déféquer sur les façades de nos monuments historiques, alors pour les empêcher d’abattre nos drones livreurs...

Bref, on ne va pas dresser une liste exhaustive des obstacles au projet de Jeff Bezos, mais il est clair que nous ne sommes pas prêts de voir ces drones livrer massivement nos colis, nos pizzas, notre courrier...

Il est plus probable que nous puissions rouler dans des voitures autonomes qui évoluent dans un espace en 2 dimensions seulement, avant de voir voler des drones partout, parce que eux évoluent dans un espace en 3 dimensions avec tous les problèmes que cela suppose.

Des média crédules

Si tout le monde ne peut pas être spécialiste des drones, il est clair que certaines questions sont évidentes et que les médias devraient se renseigner davantage avant de relayer brute une telle information qui n'a d'autre but que de faire le buzz.

On peut féliciter par exemple M6 qui a pris un peu de recul et interrogé un gars de chez Helicomicro pour trier le bon grain de l'ivraie.

Il est vrai que ce genre de news fait rêver, que les gens passionnés de smartphones et autres gadgets aiment lire ce genre d'actu geek, mais il faut être sérieux 2 minutes avant de faire une publicité mondiale à une société qui n'en a manifestement pas besoin.

Et vous, croyez vous que des drones livreurs remplaceront dans quelques mois vos coursiers si aimables qui vous collent un avis de passage dans votre boîte aux lettres, alors que vous attendez fébrilement votre livraison derrière votre porte ?